Crise et démissions successives dans la liste du maire

 

L’Alternative pour Saint-Lys

Catherine RENAUX

Élections les 11 et 18 septembre 2016

( vote de 8H00 à 18H00)

Qui, de sa liste, soutient encore Jacques Tène, maire PS de Saint Lys ?

 

Les démissions se succèdent parmi les conseillers municipaux du groupe majoritaire, après les départs de

 

M. Hugues Marty remplacé par M. Dominique Bernadicou,

 

M. Raymond Villeneuve remplacé par Mme Maryse Jacquet,

 

Mme Marion Rollet remplacée par M. Franck Aldérotti,

 

4 nouvelles nouvelles démissions s'étant produites sont remplacées lors du Conseil municipal du 14 mars 2016 :

 

M. Franck Aldérotti remplacé par Mme Catherine Favard,

 

M.Joël Bernaudeau remplace par M. Francis Payet,

 

Mme Patricia Martins remplacée par Mme Laurence Roussel,

 

Mme Jacqueline Kadri remplacée par M. Rémy Mével.

 

A ce moment là, la liste des 29 candidats, menée par J. Tène, présentée lors des élections municipales est arrivée à épuisement le dernier de liste Rémy Mével se retrouvant "élu". Mais le malaise ne s'arrète pas là, parmi les nouveaux élus installés dans le conseil, ni Laurence Roussel, ni Rémy Mével ne prendront place.

 

Lors du Conseil municipal du 14 mars 2016,

 

7 autres conseillers municipaux du groupe majoritaire et non des moindre, étaient non seulement absents mais n’avaient donné aucune procuration de vote à leurs collègues. Il s’agit de :

 

Serge Deuilhé (1er adjoint) Monique d’Oliveira (3è adjointe), Catherine Louit (5è adjointe), Céline Bruniera (7è adjointe), Dominique Quennevat, Jean-François Sutra et Gilbert Laborde.

 

Absence de quorum :

 

À l’ouverture de la séance du conseil municipal, le groupe majoritaire ne comptait que 13 présents sur 22 élus, le groupe minoritaire quant à lui, menée par Catherine Renaux, était au complet avec ses 7 conseillers municipaux.

 

Rappel : Pour que le conseil municipal puisse se tenir il faut un "quorum" qui correspond à la présence minimum de 50% (15/29) des conseillers municipaux. Donc sans le maintien des élus de la liste portée par Catherine RENAUX le conseil municipal était annulé et reporté. Les élus du groupe L’Alternative pour St-Lys, ont signifié au maire qu’ils siègeraient à ce conseil dans l’intérêt des décisions administratives qu’il convient de prendre pour le bien être des Saint-Lysiens et Saint-Lysiennes et de la commune en général mais que cette situation ne pourrait durer.

 

À l’ordre du jour figurait le débat d’orientation budgétaire. C'est probablement sur un non accord sur les choix du maire que la tension s'est faite au sein de sa majorité.

 

Ce débat est obligatoire avant le vote du budget. Il est la présentation philosophique des orientations prises par le maire, ses projets, ses engagements le tout avec la présentation de la santé économique du budget municipal.

 

Compte tenu des recommandations de la Chambre Régionale des Comptes (voir : la gestion municipale rapport de la cour des comptes ) , la marge de manœuvre est étroite et l’heure est aux restrictions budgétaires drastiques.

 

Afin de sauver de la faillite notre commune nous élus minoritaires avons proposé :

 

L’abandon de la réalisation de l’épicerie sociale à Saint-Lys mais la participation de la commune de Saint-Lys à l’épicerie sociale de Fonsorbes comme l'a proposée madame le Maire de Fonsorbes. Une économie de 450 000€ !

 

La revue à la baisse de l’enveloppe globale consacré à la réalisation du centre plurifonctionnel intégrant le musée, l’épicerie sociale, le centre social. Cout estimé aujourd’hui à plus de 2 millions d’€.

 

Nous avons proposé qu’en 2016, la commune consacre sa capacité de financement à l’entretien et la mise en sécurité des bâtiments communaux, de la voirie : réfections de trottoirs défoncés, entretien des bâtiments : Église, centre culturel des glycines, Cosec, MJC, réalisation des cheminements piétonniers…

 

Pour toute réponse, M. le maire, J. Tène (PS) et son équipe encore présente campent sur leurs positions. À savoir pour 2016 : commencement des travaux pour l’épicerie sociale dans le centre plurifonctionnel à 2 millions d’euros.

 

Une autre affaire secoue l’équipe majoritaire :

 

Un représentant des personnel a adressé au maire et aux conseillers municipaux une lettre, au nom des agents de la collectivité, manifestant son indignation consécutive à des décisions, attitudes, etc..." totalement contraire au respect de la personne humaine, totalement contraire aux principes fondamentaux et déontologiques qui régissent la fonction publique territoriale…ceci peut être considéré comme des agressions à répétition…le manque de respect à l’égard de nos fonctions, de nos compétences et le manque total de considération de certains élus à l’égard des agents… Tout ceci n’a que trop duré !"

 

La charge des employés est grave et pourrait sembler à de la maltraitance. La crise semble profonde et affecte tous les services.

 

Sept nouvelles démission mi-mai 2016 :

 

Lors du conseil municipal du 8 avril 2016 puis du 27 avril 2016 lle budget municipal de la commune n'a pas été adopté.

M. le maire ne proposant pas d'autre mouture de son budget non voté et par ailleurs attaquant en justice sept de ces colistiers (les frais de justices inérants seront pour le budget de la commune donc des Saint Lysiens) , ces élus expliquent leur démission dans la dépêche (voir l'article).

 

 

Adjoints démissionaires : Cinq sur huit !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une quinzième démission en cours qui seront les suivants ?

 

Mme Laurence Roussel serait ainsi la 8ème élue de la liste majoritaire à ne pas être remplacée.

Quid de M. Rémy Mével qui n'a jamais siégé et qui se trouverait vivre physiquement à l'opposé de notre planète et donne régulièrement procuration ... depuis Sidney en Australie.

 

Le malaise est profond et nous confirme dans la nécessité de ne pas garder M. Tène comme premier gestionnaire de notre commune et de choisir une solution rapide pour aller vers une nouvelle consultation des Saint-Lysiennes et Saint-Lysiens.